Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 


Marque-page social

Marque-page social digg  Marque-page social delicious  Marque-page social reddit  Marque-page social stumbleupon  Marque-page social slashdot  Marque-page social yahoo  Marque-page social google  Marque-page social blogmarks  Marque-page social live      

Conservez et partagez l’adresse de MP2 sur votre site de social bookmarking

Conservez et partagez l'adresse de MP2 sur votre site de social bookmarking


un projet "valise" en TPS PS à partager ...

Aller en bas

un projet "valise" en TPS PS à partager ...

Message  carolarcenciel le Jeu 2 Avr - 21:03

J’ai proposé la fabrication d’une valise un mois avant une période de grandes vacances dans ma classe de TPS et PS..
La programmation a priori

Celle que j’avais établie a priori était très sommaire car je devais tenir compte de nombreuses contraintes :
Le tout jeune âge des enfants et leur attitude très égocentrique, au tout début de leur socialisation.
Le fort taux d’absentéisme des élèves et le manque absolu de régularité (présence aléatoire, le matin seulement, quelques jours par semaine, ou bien tous les jours toute la journée...).
La capacité de ces enfants à s’intéresser à un objet à construire pendant quelques semaines (il fallait prévoir d’abréger la composition des objets contenus dans la valise en cas de lassitude).

Mise en projet

Ces appréhensions m’ont incitée à prendre le maximum de précautions afin de favoriser leur adhésion au projet.
Le premier jour, j’ai fait faire des traces de mains sur un cabas en papier kraft à quelques enfants dans l’après-midi, sans introduire le projet, mais en valorisant le côté ludique de cette peinture à la main.
Le deuxième jour, la marionnette déjà aimée M. Roméo le Chat Botté, a vu ces cabas en train de sécher et les a montrés à toute la classe. Il les a trouvés très beaux et a demandé à en avoir un pour lui, car il n’avait pas de valise pour partir en vacances chez sa mamie. Tous les enfants m’ont alors demandé de faire eux aussi leur valise !
Un peu plus tard dans la matinée, j’ai réactivé ce désir de valise ; presque toute la classe avait fait des traces sur un cabas, nous avions donc des valises. Mais il restait encore à les remplir ! A ma question « à quoi sert une valise ? », certains ont commencé à réfléchir, et j’ai noté toutes leurs suggestions. Puis par guidage progressif, nous avons établi une liste de choses à y mettre :
• Une culotte
• Des chaussettes
• Un pantalon
• Un tee shirt
• Des chaussures
• Des gâteaux
• Un biberon
• Des bonbons
• Des jouets et un pyjama

Un doudou a été proposé, mais j’ai refusé de le fabriquer en justifiant le fait que chaque enfant a déjà son doudou, et qu’il lui suffirait de le glisser dans la valise au moment de partir.
Un chapeau de sorcière, non prévu, a été ajouté puisque la classe a reçu la visite de la Befana, la sorcière Italienne, amie du chat Roméo.

J’ai fréquemment réactivé cette liste, en rappelant ce qui avait été fait et ce qui restait à fabriquer, au moyen d’un tableau à double entrée, que je gérais au moment du regroupement. Tous les enfants du noyau dur (ceux qui venaient régulièrement au moins le matin) ont très vite adhéré au projet. Ils voulaient voir, toucher leur valise, et aimaient vérifier que toutes leurs productions y étaient rangées au fur et à mesure.

Conditions de réalisation et programmation a posteriori

Le plus difficile a consisté en la gestion des productions des enfants. En effet, leur présence était très aléatoire (parents absents, maladie, sieste plus ou moins longue, vacances) et ces paramètres étaient imprévisibles : un enfant est parti à la fin de la deuxième semaine et a réclamé sa valise, deux autres sont arrivés la troisième semaine, dont un fréquentait l’école pour la première fois. Or nous parlions tous les jours de la valise avec le groupe, et il était légitime qu’ils en aient une aussi. Ainsi ai-je dû prendre chaque jour des enfants en rattrapage sans cesser de stimuler le reste du groupe.
Le découpage s’effectue en semaine car plusieurs groupes ont tourné dans les différentes productions en léger décalé.

Apprentissages réalisés

Apprentissages outils :
Il s’agit plutôt dans ce projet de la prise de conscience commune de plusieurs besoins.

1. LES COULEURS: Les enfants n’étaient pas capables de nommer les couleurs qu’ils voulaient utiliser pour peindre. Certains connaissaient le rouge et le bleu, mais un apprentissage des couleurs s’imposait pour eux. En effet, je ne leur donnais que la couleur de peinture qu’ils me demandaient.
La lecture de « Petit Bleu et Petit Jaune », de « l’ours et les couleurs » ont favorisé une imprégnation des couleurs et de leurs noms. Une comptine illustrée sur l’air de «Au clair de la lune » permettait d’identifier trois animaux et une voiture par leur couleur (une tortue verte, une voiture rouge, un poussin jaune et un oiseau bleu).

2. LES VETEMENTS : Au début du projet, certains enfants avaient des difficultés pour identifier et surtout pour répéter le nom des vêtements qui seraient dans la valise. J’ai fait sentir aux enfants qu’il était nécessaire et gratifiant de connaître ce vocabulaire. A tout moment de la journée, lors du passage aux toilettes, en motricité ou au lever de la sieste, je demandais aux enfants de nommer leurs culotte, pantalon, chaussures etc.… Je les félicitais lorsque je constatais des progrès ou bien des acquisitions, en valorisant leurs efforts pour grandir et devenir autonome. J’ai eu également recours à l’album « Je m’habille et je te croque » souvent lu puis joué en motricité.
Cet apprentissage a été le plus évident à constater :chaque enfant était capable de sortir les vêtements de sa valise en les nommant pour les montrer à ses parents.

3. LA VALISE : Les plus petits qui ne savaient pas ce qu’était une valise ont appris qu’elle sert à porter des choses, des effets personnels, des instruments nécessaires au voyage. Elle implique un déplacement (en voiture, en avion, en train…). Le fait d’expliquer qu’elle sert à partir chez Mamie a replacé la valise dans un contexte connu.

Les apprentissages outils sur les couleurs et les vêtements ont pris tout leur sens lorsque les enfants ont eu envie de parler de leur valise. Au moins deux éléments ont permis cette révolution. Les PS parlent très peu ou assez mal et il est parfois difficile d’entrer en communication avec eux. Mais ils se sont réellement approprié le projet et voulaient vraiment leur valise. J’ai profité de cette forte motivation pour susciter leur prise de parole. Plusieurs fois par jour, j’ai pris des photos numériques des enfants en train de travailler en atelier. Puis le jour même ou le lendemain en petits regroupements, j’installais les enfants devant la télévision. Ils me suffisait d’un câble pour brancher l’appareil numérique et obtenir les photos sur l’écran. Ce système, similaire aux diapositives, présentait l’avantage d’être instantané.
Je proposais ainsi plusieurs séquences de langage de 5 minutes chacune par semaine. Cela permettait de maintenir l’intérêt des enfants pour le projet en dépit de leurs absences.

Apprentissages en faisant :

Les ateliers de PS sont en majorité exploratoires et ne font pas l’objet d’un enseignement formel de techniques.
Le seul instrument qui requiert un apprentissage est le rouleau. Mais je n’ai pas souhaité le proposer à tous les enfants pour différentes raisons.
Apres avoir fait une évaluation diagnostique de chacun, j’ai compris que seuls 8 enfants étaient capables de manier le rouleau avec un certain succès. Les 13 autres n’y réussissaient pas à cause de :
- leur taille : trop petite pour lever le bras et faire des mouvements verticaux sur un chevalet plus haut qu’eux,
- leur force : pas assez de pression sur le manche du rouleau pour que la peinture s’imprègne,
- l’imprécision de leurs gestes : l’outil est trop gros pour eux, la préhension en est difficile.

L’utilisation du rouleau n’était qu’un plus artistique non prévu dans les apprentissages a priori. Ma priorité (et celle des enfants) allait à la décoration du tee-shirt. J’ai donc proposé à ceux qui le pouvaient de peindre au rouleau et les autres ont utilisé le pinceau.

Ils ont réinvesti leurs apprentissages de la peinture au bouchon, à l’éponge et à la brosse à dents.

Répertoire d'actions motrices réalisées disponible sur demande (impossible à ajouter sur ce message)
Carolarcenciel
[img][/img]

carolarcenciel
Visiteur occasionnel
Visiteur occasionnel

Messages : 5
Date d'inscription : 31/03/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

répertoire d'actions motrices du projet valise

Message  carolarcenciel le Sam 4 Avr - 9:58

Maintenant que je sais envoyer un lien sur ce blog, voici le projet et le répertoire d'actions motrices sous Word, pour ceux qui veulent l'imprimer.
http://sd-1.archive-host.com/membres/up/102799467511393302/Repertoirevalise.doc
http://sd-1.archive-host.com/membres/up/102799467511393302/projetvaliseClemenceau.doc

Ce projet est chaque fois différent selon les enfants avec lesquels on travaille. Cette année, je vais le proposer avant les grandes vacances à ma classe (puisque toute notre école ferme, nous allons emporter chacun un "bout" de l'école dans notre valise ...). Je vous enverrai les photos ...

A bientôt donc,
Carolarcenciel

carolarcenciel
Visiteur occasionnel
Visiteur occasionnel

Messages : 5
Date d'inscription : 31/03/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum